Sur les traces de la bibliothèque Farnèse (1/2)

François Fossier (professeur honoraire des universités, archiviste-paléographe, ancien membre de l’École française de Rome) revient sur l’histoire de la bibliothèque du Palais Farnèse, dont le fonds se trouve aujourd’hui majoritairement à la Biblioteca Nazionale de Naples. Nous publions ici le premier billet d’une série de deux.

La collection Farnèse de Rome, à Parme, à Naples

Lorsque la dernière des Farnèse, Élisabeth (1692-1766), devint reine d’Espagne en 1714, la célèbre collection d’antiques, de tableaux et de livres amassée par le pape Paul III et ses neveux cardinaux au XVIe siècle se trouvait divisée en deux grands ensembles : le premier, qui concernait surtout les antiques, était demeuré dans le palais romain de la famille bâti sur les plans de Michel-Ange, le palais Farnèse ; le second, composé des tableaux et d’une partie de la bibliothèque, avait pris la route de Parme, en vertu d’une donation faite par Paul III en faveur de son fils Pierluigi, premier duc de Parme et de Plaisance. Après la guerre de Castro menée par Urbain VIII Barberini (1641-1644) et continuée par son successeur Innocent X, les ducs de Parme durent renoncer au duché éponyme et virent leurs biens romains confisqués. Le palais Farnèse devint alors la résidence habituelle des ambassadeurs de France près le Saint-Siège et passagèrement celui de Christine de Suède en exil. De nouveaux transferts de tableaux et de livres eurent lieu à cette époque en direction du palais de la Pilotta à Parme, mais des pièces aussi imposantes que l’Hercule Farnèse ou le Taureau de Dircé demeurèrent sur place jusqu’à leur expédition à Naples au XVIIIe siècle, quoique le palais romain soit demeuré la nue-propriété des descendants des Farnèse, puisque le dernier roi de Naples y trouva refuge, après avoir été chassé de ses États.

Miguel Jacinto Meléndez (1679-1734), Élisabeth Farnèse et l’infant Charles, env. 1716 (Palais de Viana, Cordoue)

Le fils d’Élisabeth Farnèse, l’infant Carlos (1716-1788), ayant été placé sur le trône de Naples, laissant à son frère cadet, Ferdinand VI la couronne d’Espagne, possédait encore le titre de duc de Parme et Plaisance, mais après le troisième traité de Vienne de 1738, il fut dépouillé de sa principauté au profit de Charles de Habsbourg, futur empereur Charles VI. Ne resta donc à l’ancien enfant Carlos que le royaume de Naples où il régna à partir de 1734 sous le nom de Charles VII, avant de prendre la succession de son demi-frère Ferdinand au trône d’Espagne en 1759, sous le nom de Charles III. Ce long détour historique était nécessaire pour comprendre le sort assez chaotique que connurent les collections Farnèse de la Renaissance au milieu du XVIIIe siècle.

La bibliothèque du Palais Farnèse (XVIe-XVIIe siècles) et ses inventaires

La bibliothèque elle-même, gérée par l’humaniste Fulvio Orsini (1529-1600), entré au service du cardinal Ranuccio Farnèse (1530-1565) et puis de son frère Alessandro (1520-1589), fut sans conteste la collection italienne privée numériquement la plus importante du XVIe siècle ; elle ne fut surpassée que par la bibliothèque Barberini (Urbain VIII) et Chigi (Alexandre VII) au siècle suivant. Elle comptait environ quatre mille imprimés, trois cent cinquante manuscrits grecs et cinq cents latins, quoique dispersés dès l’origine entre libreria grande et libreria da basso au palais Farnèse, sans compter les ouvrages qui avaient été transportés au château de Caprarola, bâti par Sangallo et Peruzzi pour le cardinal Alessandro, ceux que ce même prélat avait emportés à la Chancellerie dont il était détenteur, ceux enfin qui se trouvaient à Grottaferrata, maison mère de l’ordre Basilien dont le cardinal Alessandro était abbé commendataire.

Anonyme, Ritratto di Fulvio Orsini
(Archivio Storico dell’Università degli Studi, Bologne)
Titien, Le cardinal Alexandre Farnèse, 1546 (Museo nazionale di Capodimonte, Naples)

Un premier inventaire dressé en 1567 par Orsini fait apparaître une classification méthodique-alphabétique, tant pour la libreria grande que pour celle du rez-de-chaussée ; dans la section A figuraient les manuscrits grecs et les ouvrages les plus précieux par leur reliure, leur ornementation ou leur antiquité ; sous les lettres B, C, D se trouvaient les manuscrits des classiques latins, sous la lettre E les manuscrits latins scientifiques, sous la lettre F les imprimés grecs, sous les lettres G et H les imprimés latins ; sous I, J, K L se trouvaient les ouvrages de théologie, sous M Aristote et ses commentateurs, sous N les traductions latines d’ouvrages grecs, sous O la cosmographie et la géométrie. La lettre Q, subdivisée en cinq sections, comprenait les historiens grecs, latins, modernes, les traités de rhétorique et de philologie. R et S renfermaient les orateurs et les grammairiens de langue latine, ainsi que les poètes. Dans V étaient classés les imprimés en langue italienne. Un second inventaire fut établi en 1571, un troisième en 1584 pour les manuscrits grecs (voir ici), un quatrième en 1589 relatif aux ouvrages de Caprarola, repris en 1626 par Alessandro Magni, bibliothécaire du duc de Parme. Lorsque l’ensemble des livres quittèrent le palais Farnèse après la guerre de Castro, un nouvel inventaire fut dressé en 1653, cette fois à Parme (voir ici).

Les différences entre les inventaires de la fin du XVIe siècle et ceux du siècle suivant ne sont pas considérables, hormis la disparition d’une cinquantaine de manuscrits grecs, d’une trentaine de latins et l’apport d’un certain nombre d’imprimés italiens relatifs à la fauconnerie, la chasse, l’art équestre, la poliorcétique, etc. Aucun inventaire ne fut dressé, du moins à ma connaissance, entre 1653 et 1695 ; encore celui-ci qu’on doit à Bernardo Lusignano ne recensait-il que les ouvrages politiques, ceux d’exégèse biblique, ceux de droit et ceux des philosophes.

Les livres à Naples et ailleurs

Après le départ, le 19 janvier 1736, des ouvrages pour Naples, un agent de Charles de Bourbon, Pietro Rutinelli, prit soin de recenser les manuscrits qu’il répartit en treize sections, mais abandonna les imprimés à leur sort. Son successeur, l’abbé Giovanni Maria Della Torre en fit autant en 1769 et tous les travaux qui furent publiés de 1827 à 1962 par Cataldo Janelli, Salvatore Cirillo, Scipione Volpicella, ou Gino Pierleoni se bornèrent toujours aux manuscrits. En 1974, Guerriera Guerrieri, remarquable savante, proposa une enquête sur l’ensemble des fonds Farnèse à la Biblioteca Nazionale de Naples, dont elle réunit de précieuses notes, mais le projet n’aboutit pas.

Un certain nombre de manuscrits Farnèse se retrouvent enfin, aujourd’hui, à la bibliothèque Vaticane, provenant de Fulvio Orsini, à la BnF de Paris, à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras, à la Morgan Library de New York, à la Public Library de New York.

Billet de François Fossier, édité par Angela Cossu, membre de l’École française de Rome, section Moyen âge

Pour aller plus loin


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/05/2022

    […] dont la grande majorité des livres se trouve aujourd’hui à la Biblioteca Nazionale di Napoli (voir la première contribution). Ce billet, que nous publions à titre posthume, conclut la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search