Sur les traces de la bibliothèque Farnèse (2/2)

François Fossier (1950-2021) était professeur honoraire des universités, archiviste-paléographe, et ancien membre de l’École française de Rome. Il avait généreusement accepté, en novembre 2021, de revenir sur l’histoire de la bibliothèque du Palais Farnèse, dont la grande majorité des livres se trouve aujourd’hui à la Biblioteca Nazionale di Napoli (voir la première contribution). Ce billet, que nous publions à titre posthume, conclut la série.

Les livres farnésiens

Le contenu de la bibliothèque si abondante de la famille Farnèse n’est pas en rapport avec la gloire de ses fondateurs et l’on en a un témoignage flagrant par son total oubli des érudits du XVIIe siècle ; ni Baluze, ni dom Mabillon, ni plus tard Muratori ne font la moindre allusion à cette collection. Il est possible que son accès à Parme n’ait pas été aisé, mais ces savants étaient de taille à franchir bien d’autres obstacles. Quand Pierre de Nolhac décrit éloquemment la « chasse aux trésors » à laquelle se livra Fulvio Orsini, on ne peut que s’étonner d’en retrouver si peu de traces dans la bibliothèque de ses « patrons » dont les moyens financiers dépassèrent ceux de n’importe quel prince italien, à l’exception du pape et du Grand-Duc de Toscane. En matière de provenance, on ne relève que vingt-et-un manuscrits venant du florentin Giovanni Gaddi, doyen de la Chambre apostolique, deux venus de Pie II Piccolomini et de Léon X Médicis, une dizaine plus ou moins extorqués à des cardinaux ou évêques affidés aux Farnèse, quatre raflés dans les abbayes du Monte-Cassin, de Sainte-Marie Majeure, de Santa Maria in Urbe de Venise, de Santa Lucia de Fabriano, une poignée de manuscrits venus de Flandre, d’Espagne ou de France dont un lot de dix manuscrits provenant du mariage du duc Alessandro de Parme avec Marie de Portugal.

Par ailleurs, l’abondance des manuscrits soigneusement calligraphiés en écriture dite « humanistique », richement ornés de rinceaux ou de miniatures en pleine page laisse songeur. Ce sont des manuscrits d’esthète et l’on sait quelle protection les Farnèse accordèrent à l’enlumineur de génie que fut Giulio Clovio (1498-1578).

El Greco, Portrait de Giulio Clovio, 1571-1572 (Napoli, Museo Nazionale di Capodimonte)

Tout le Sacré Collège n’était pas composé de Marcello Cervini (futur Marcel II) ou de Guglielmo Sirleto, très versés dans la connaissance des manuscrits. Les Farnèse dont le pouvoir exorbitant réclamait une constante attention à la politique n’étaient certes pas ignorants, possédaient des rudiments de grec et dépassaient jusqu’à un certain point en savoir les futurs papes Pie IV Carafa, Pie V qu’on ne canonisa certes pas comme le pontife instruit, Paul V Borghèse ; ils avaient de surcroît un certain goût pour les arts. Malgré tout, leur bibliothèque était conçue comme démonstrative de puissance éclairée, mais ne répondait à aucun critère savant. Dans cette section A où ils avaient placé leurs manuscrits grecs et leurs plus belles reliures ou miniatures, il s’agissait de pouvoir montrer à l’instant de superbes volumes à leurs visiteurs repartant éblouis et même assommés par la vision de leur célèbre Hercule. Beaucoup de princes de leur temps agissaient de même, à commencer par les Valois enrichis des guerres d’Italie, mais peu capables de jouir de leurs trésors.

Titien, Portrait de Paul III avec ses petits-fils, 1545-1546 (Museo nazionale di Capodimonte, Naples)

Le rôle de Fulvio Orsini devient suspect à ce titre. Lui savait pertinemment quelle supériorité possédait un manuscrit presque en lambeaux, mais du VIIe ou VIIIe siècle, sur une belle version, plus ou moins correcte sortie de quelque atelier de calligraphe. Je réserve mon jugement, qui n’est d’ailleurs pas partagé par un certain nombre de savants s’illusionnant peut-être sur la culture des prélats de Curie, en ce qui concerne les manuscrits grecs, mais à l’évidence on ne relève parmi les classiques latins aucun manuscrit antérieur au XVe siècle ; en revanche quantité de superbes exemplaires à grandes marges ornées. Il est plus que probable qu’Orsini, bâtard d’une famille romaine puissante qui l’avait rejeté, ait procédé à des substitutions entre un manuscrit dépenaillé et un autre de meilleure figure qui honorerait davantage la tribu qu’il servait. C’est ce qui expliquerait la distorsion entre la présence du plus habile bibliothécaire de son temps et la médiocrité scientifique et codicologique du fonds Farnèse que plus personne ne prit la peine d’examiner par la suite. De ce point de vue, la bibliothèque Farnèse est un hapax ; celles des princes italiens de son temps avaient été constituées antérieurement et par accumulation (Este, Gonzague, Sforza), la « Farnesina » était issue de rien. Par la suite, les grands prélats bibliophiles (guère plus instruits) veillèrent ou firent veiller à la cohésion et à la qualité de leur collection. On en a un exemple frappant avec la reine Christine de Suède (1626-1689), curieuse, mais sans instruction classique ; elle se constitua une bibliothèque choisie par les meilleurs savants de son temps et qui finit au Vatican, comme d’ailleurs les bibliothèques Barberini, Chigi ou Albani. Aucun pontife qui en aurait pourtant eu la possibilité (sous Innocent X) n’eut idée de mettre la main sur la bibliothèque Farnèse ; elle était hélas creuse et on les avait renseignés sur la question.

New York, Morgan Library and Museum, M.69, Heures Farnèse, 1546, fol. 38v-39r

Billet de François Fossier

Pour aller plus loin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search