À propos du grand chantier de restauration des façades et des toitures du Palais Farnèse à Rome, 2021-2025

L’Ambassade de France en Italie, l’École française de Rome et la Surintendance spéciale pour l’archéologie, les Beaux-arts et le paysage de Rome, ont lancé une nouvelle restauration des façades et des toitures du Palais Farnèse, siège de l’ambassade de France en Italie et de l’École française de Rome, à partir du 1er mars 2021. Ce projet permettra de retrouver la beauté originelle des matériaux utilisés par quatre immenses architectes : Sangallo, Michel-Ange, Vignole et Della Porta.

Façade latérale Palais Farnèse, 2021 © C. Mantuano

Un chantier respectant les théories de la restauration

Depuis le XVIIe siècle, plusieurs campagnes de restauration se sont succédé au Palais Farnèse. Celle qui a débuté en mars 2021 se situe dans la continuité de ces opérations antérieures et notamment de celle du Jubilé de l’an 2000.

Le parti pris retenu respecte les principes de restauration des monuments historiques en Italie, considérant le matériau comme une information primordiale à conserver. Les travaux s’appliquent au nettoyage des enduits, à la consolidation des pierres, et à la révision de la couverture en tuiles anciennes.

Un travail important est également conduit sur les menuiseries, qui seront remplacées pour retrouver, comme cela a déjà été fait sur les deux façades de la place Farnèse et de la via Giulia, les dessins originaux des menuiseries du XVIe siècle. La restauration du travertin et des parements en briques est réalisée en parallèle de la reprise des couvertures en tuiles « à la romaine ». Quant à la couleur des façades, elle sera retrouvée avec une patine d’harmonisation qui permettra d’éliminer les déséquilibres excessifs entre la façade restaurée sur la Piazza Farnese et les façades latérales. Des sondages et des prélèvements sont réalisés pour déterminer scientifiquement la composition des mortiers et enduits originaux, ceci afin de s’approcher au mieux de la création originelle.

La restauration des façades et des toitures du Palais Farnèse se déroule en quatre tranches successives qui devraient s’étaler sur quatre ans :

  • La 1ère tranche a commencé au mois de mars 2021, et s’attache à la restauration de la façade de la via dei Farnesi, des menuiseries ainsi que des couvertures sur les versants de cette face.
  • La 2ème tranche s’attachera à la restauration des façades, des menuiseries ainsi que des couvertures sur les versants de la via del Mascherone. 
  • La 3ème tranche sera consacrée à l’entretien de la façade principale donnant sur la Piazza Farnese, sur la révision de ses menuiseries, ainsi que la restauration des couvertures.
  • Enfin, la 4ème tranche sera celle de la restauration des toitures de la via Giulia et du mur de clôture du jardin, ainsi que des couvertures sur les versants de la via Giulia.

La totalité des travaux s’élève à un montant de 5,6 millions d’euros, financés conjointement par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. 

Le chantier a été pensé pour que l’impact des travaux soit minimal sur le voisinage.

Un projet collégial (2017-2021)

Le projet de restauration des façades et des toitures du Palais Farnèse a débuté en 2017. Les maîtres d’ouvrage, l’Ambassade de France et l’École française de Rome, ont porté le projet en dialogue constant avec les autorités. Le maître d’ouvrage délégué est le service des travaux et bâtiments français en Italie (STBI). La maîtrise d’œuvre est assurée par l’agence de Pierre-Antoine Gatier, Architecte en Chef des Monuments Historiques et Inspecteur général des Monuments historiques.

Pour assurer la conformité du parti pris de restauration, un comité scientifique composé d’experts français et italiens s’est réuni à plusieurs reprises – en 2018, deux fois en 2019 et en 2020. Cette restauration est placée sous le contrôle scientifique de la Sopraintendenza Speciale Archeologia, Belle Arti e Paesaggio di Roma.  Le chantier s’est ouvert en mars 2021.

De la restauration à la valorisation

Ces grands travaux de restauration sont l’occasion pour l’Ambassade de France en Italie et l’École française de Rome de mettre en valeur le patrimoine historique et artistique du Palais Farnèse. Pour ce faire, des artistes et des chercheurs sont invités à contribuer à la connaissance et à l’appropriation de ce patrimoine unique. En ligne ou in situ, à l’exemple du présent carnet, ils éclairent l’édifice sous un nouveau jour, participent à la diffusion des savoirs sur ce monument exceptionnel, présentent les découvertes faites pendant les travaux et dévoilent l’envers du décor d’un chantier de restauration habituellement fermé au public. Pendant toute la durée du projet de restauration, des artistes sont invités à intervenir sur les palissades du chantier, proposant au public une relecture contemporaine du Palais Farnèse et des œuvres qui ont traversé son histoire.

Façade Palais Farnèse © C. Mantuano

L’histoire de l’édifice

Les façades de pierre et de brique du Palais Farnèse portent la marque de quatre architectes qui se sont distingués à Rome : Antonio da Sangallo, Michel-Ange, Vignole et Giacomo Della Porta. Dès 1513, Antonio da Sangallo lance le chantier des maçonneries de la façade principale, alors que le palais est déjà occupé par son propriétaire, le cardinal Alexandre Farnèse. En 1546, à la mort du premier architecte, Michel-Ange reprend le chantier ; il exécute la corniche du palais, modifie la grande fenêtre de la façade principale et réalise le deuxième étage de la cour intérieure. Vignole participe à l’édification, à partir de 1550, d’une partie de la façade de la via del Mascherone. Enfin, en 1573, Giacomo Della Porta entreprend la construction de l’aile arrière et achève en 1589 la façade donnant sur le Tibre.

L’élévation des façades du Palais Farnèse se déploie ainsi tout au long du XVIe siècle. À ces noms fameux, il convient d’ajouter ceux des occupants du Palais, représentés sur la façade par des symboles précis : les festons, palmes et chêne du pape Alexandre VII Chigi, les épis de blé de la dynastie des Vasa à laquelle appartient Christine de Suède, qui y a un temps séjourné, ou les lys des Farnèse.

Devenues des témoignages manifestes de la Renaissance romaine, ces façades retrouveront leur beauté initiale à travers la mise en valeur des éléments inhérents à la construction (trous de boulins, enduits d’origine).

À propos du chantier de restauration sur le site de l’ambassade de France en Italie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search