La bibliothèque Farnèse est-elle perdue ?

Angela Cossu, philologue, docteure en études latines (École Pratique des Hautes Études – Paris Sciences et Lettres) et ancienne membre de la section Moyen Âge de l’École française de Rome, mène des recherches sur la transmission des poètes latins au Moyen Âge, au prisme des florilèges médiévaux latins et de l’histoire des bibliothèques anciennes. En 2022, elle a produit une vidéo sur la collection des livres de la famille Farnèse au XVIe siècle dans le cadre de la série de l’EFR “Suivez mon regard”.

Au XVIe siècle, la bibliothèque de la famille Farnèse était la collection de livres la plus imposante de Rome. Créée par Alexandre Farnèse (1468-1549) et conservée au deuxième étage du palais Farnèse, mais aussi au palais de la Chancellerie, au château de Caprarola et à Grottaferrata, elle était gérée par l’humaniste Fulvio Orsini (1529-1600), au service de Ranuccio Farnèse (1530-1565) et puis d’Alexandre le jeune (1520-1589). Suivant les fastes et les revers des Farnèse, la bibliothèque fut transportée au duché de Parme au XVIIe siècle, et finalement à Naples en 1736, sous Charles de Bourbon (1716-1788), fils d’Elisabeth, la dernière de la lignée. Là, les livres constituèrent le premier noyau de l’actuelle Biblioteca Nazionale Vittorio Emanuele III, où la collection, à l’exception de certaines pièces, se trouve encore aujourd’hui.

La bibliothèque était un lieu privilégié de culture, mais servait aussi à montrer le pouvoir politique des Farnèse. Au moment du transfert à Parme, le fonds comptait des centaines et centaines de manuscrits et imprimés, latins et grecs, dont des pièces extraordinaires : le psautier de Paul III (Paris, BnF, lat. 8880) ; le livre d’heures et le lectionnaire Farnèse, enluminés par Giulio Clovio (New York, Morgan Library, MS 69 et Public Library, MS 91 ; les Horae dites « La Flora » (Napoli, BN, I.B.51 ; la Cosmographie de Claude Ptolémée (Napoli, BN, V.F.32). Ces volumes s’inscrivaient ainsi dans l’exposition plus ample d’antiquités et d’œuvres d’art présentes dans le palais Farnèse : statues, inscriptions et tableaux, qui remplissaient les salles de la bibliothèque elle-même, comme dans un cabinet de curiosités ouvert aux invités de la famille Farnèse.

Chaque livre de la bibliothèque avait ainsi une valeur littéraire et artistique unique, mais faisait aussi partie, d’un point de vue idéologique, d’un programme plus ample, en résonance avec les autres pièces de la collection. C’est seulement en replaçant les livres à nouveau à un même endroit, dans leur position d’origine dans les étagères, et en les feuilletant l’un après l’autre, que la véritable nature de ce programme pourrait être vraiment comprise.

Les livres de la collection ne peuvent pas être déplacés physiquement des endroits où il se trouvent, évidemment : de Naples, de Paris, de New York… Mais la technologie numérique aujourd’hui nous permet de reconstituer la bibliothèque Farnèse de façon virtuelle, et la vidéo propose un essai de cette reconstitution. Il y a des outils qui donnent la possibilité de rassembler les images numériques des livres anciens, de les visualiser et de les comparer, à travers des protocoles visant à l’interopérabilité des images des bibliothèques numériques (IIIF – International Image Interoperability Framework). Un exemple est le visualiseur Mirador, utilisé dans la vidéo grâce à une démo crée à travers l’infrastructure Biblissima+ : les images des manuscrits Farnèse, remis virtuellement dans la même étagère, sont ainsi consultables, manipulables et annotables.

Une pièce extraordinaire à faire revenir virtuellement dans la collection serait, par exemple, le manuscrit numéro 69 de la Morgan Library de New York, l’objet au cœur de la vidéo. Il s’agit d’un livre d’heures enluminé par Giulio Clovio, l’un des artistes les plus renommés de l’époque : un livre à l’usage quotidien qui est au même temps un véritable chef-d’œuvre artistique, à la valeur symbolique profonde, que seule une famille puissante comme les Farnèse pouvait se permettre de commanditer.

Ainsi,

« Reconstituer cette collection virtuelle, aujourd’hui, nous aiderait à mieux comprendre l’idée de pouvoir de la famille Farnèse, qui se manifestait aussi à travers l’ampleur de la bibliothèque, mais surtout, cela nous permettrait de reconstruire une idée du prestige. Non seulement celui des Farnèse, qui n’existe plus, mais aussi le prestige d’un patrimoine qui est désormais collectif et serait, enfin, complètement accessible. »

Angela Cossu, ancienne membre de l’École française de Rome (2019-2022)

VIDÉO Suivez mon regard : La bibliothèque Farnèse est-elle perdue ? (École française de Rome, avril 2022)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search