Labyrinthique et magnifique : la bibliothèque de l’École française dans son écosystème architectural (1/2)

par Cécile Martini, directrice de la bibliothèque de l’École française de Rome

Ph. EFR / Christian Mantuano

Installée en même temps que l’École française au palais Farnèse en 1875, la bibliothèque, aujourd’hui riche de plus de 200 000 documents, s’est lentement déployée sur les deuxième et troisième étages du palais, essentiellement côté façade sur la place et côté via dei Farnesi. Il lui a fallu plus d’un siècle pour atteindre sa superficie actuelle. Si sa physionomie conserve peu de traces de cette installation sur le temps long, elle a préservé, en revanche, nombres d’éléments de la vie ancienne du palais, qu’il faut savoir dénicher en parcourant les espaces.

125 ans pour atteindre 2 000 mètres carrés

L’histoire de l’installation de l’École française au Palais Farnèse a fait l’objet de plusieurs publications, notamment par Michel Gras dont l’article Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au palais Farnèse qui retrace, dans une logique à la fois topographique et chronologique, chaque étape de cette histoire longue de cent cinquante ans sans en occulter les « blancs » : malgré l’abondance des sources, l’usage et la physionomie de certains espaces nous restent mal connus, en particulier pour les premières décennies de la vie de l’École dans le palais. En cause bien souvent, la fragmentation des grands volumes initiaux du palais en petits espaces cloisonnés parfois à des périodes anciennes, et les modifications successives de ces cloisonnements.

Dans la complexité de la reconstitution de la « topographie farnésienne », l’individualisation de la bibliothèque stricto sensu, au sens de « lieu où l’on conserve une collection organisée de livres » est malaisée. Tout d’abord parce que le territoire de la bibliothèque et le territoire de l’École (incluant parfois même le territoire privé du directeur) sont indissociables les uns des autres et ce, quasiment jusqu’au départ des membres dans les années soixante ; ensuite parce que les aménagements et la redistribution des espaces scandent chacun des mandats des directeurs.

Fin 1875, les caisses de livres et les étagères s’installent, en provenance de la Villa Mérode (premier siège de l’École), au palais Farnèse ; le premier inventaire du mobilier de l’École réalisé à l’arrivée en témoigne ; silence en revanche sur la localisation de la bibliothèque dans les espaces du palais dévolus à l’École, situés via dei Farnesi mais limités, au Nord vers la place Farnèse comme au Sud vers le Tibre, par deux appartements privés.

La bibliothèque est mentionnée pour la première fois dans une lettre adressée à Auguste Geffroy, en janvier 1876 : on y parle d’objets destinés à « l’ameublement de la bibliothèque » ; en 1896, un inventaire du mobilier indique qu’il y a un corridor d’accès à la bibliothèque, tandis qu’un courrier du Ministère de l’Instruction publique daté de 1877 ayant pour sujet l’assurance contre l’incendie évoque « le mobilier et la bibliothèque de l’École française de Rome ».

En s’appuyant sur un inventaire de 1882 qui décrit « une grande antichambre sur la rue fesant bibliothèque », on en situe le noyau originel dans l’une des trois grandes salles actuelles de la via dei Farnesi mais il est difficile de préciser sa localisation : pendant plusieurs décennies, ces espaces ont été fragmentés par des cloisons qui ont parfois été déplacées et les usages des cellules ont beaucoup changé au gré des besoins (espaces de bibliothèque, chambres, bureaux pour des employés, y compris bibliothécaire).

Les historiens, dont Bernard Jestaz, mentionnent que c’est également dans cette zone du palais que, au XVIe siècle, se trouvaient probablement les deux bibliothèques des Farnèse (libreria grande, libreria da basso) et celle de Fulvio Orsini, leur bibliothécaire.

Il n’est pas impossible que lors de l’extension de l’École vers le Tibre à la faveur de la récupération de l’appartement Gianelli (1881) la bibliothèque ait été déplacée temporairement dans le salon d’angle (actuel bureau de la direction) avant de repartir à la conquête des espaces nord, l’aile sud étant définitivement dévolue au directeur et à ses fonctions de représentation.

Durant son directorat Mgr Duchesne (1895-1922), profondément attaché à la qualité de la collection de la bibliothèque dont il a réalisé lui-même une partie du catalogue, projette de déployer ses espaces vers la place Farnèse.

Un projet de sa main, daté de 1912 prévoit de déployer la bibliothèque dans la galerie nord-ouest (dont il obtient en effet la jouissance), de décloisonner les pièces de la via dei Farnesi pour que la bibliothèque se déploie dans trois grandes salles, mais aussi de reprendre à la bibliothèque (?) les espaces de l’angle nord pour augmenter le nombre de chambres. Sur ce même projet est mentionnée une extension au troisième étage, qui sera en effet progressivement réalisée à partir de 1916, notamment pour héberger les Mélanges de l’École.

Confusion et fluidité des espaces : en 1909, Louis Madelin fait état des « cinq vastes salles de bibliothèque » du Palais Farnèse, incluant sans doute dans son évocation des espaces mixtes non encore totalement dévolus à la bibliothèque : bibliothèque privée du directeur, salle de travail, couloirs. À cette époque l’École française a obtenu l’usage exclusif des pièces donnant sur la cour (actuel studio et les deux pièces qui l’encadrent) sans preuve toutefois qu’elles aient servi de salle de bibliothèque à l’exception, temporairement, du studio.

Il est possible que les premières installations d’ouvrages en direction du salone datent de l’époque de Mgr Duchesne, avec le rangement de volumes dans les couloirs et/ou partie des pièces occupant l’actuelle salle d’Histoire de l’Italie, sous la dénomination de « salle des Mélanges ».

En 1922, la bibliothèque compte 30 000 volumes ; pourtant, malgré l’abondante documentation sur les projets de Mgr Duchesne pour la bibliothèque, on peine encore aujourd’hui à établir avec certitude quelles étaient ses limites spatiales ; l’inventaire du mobilier de 1923 est certes bavard sur son équipement et le nombre de salles (dix salles incluant des entrées, des couloirs équipés de rayonnages et le studio, auxquels on ajoute une mansarde au troisième étage) mais hélas, aucun plan ne permet d’en définir les contours avec précision.

Ill. : projet de Mgr Duchesne pour l’extension de la bibliothèque côté Nord du palais Farnèse, vers 1912

L’extension de la bibliothèque dans le salone, aujourd’hui salle emblématique de la bibliothèque, a sans doute été pensée par Mgr Duchesne mais il faut attendre Jérôme Carcopino pour qu’elle devienne effective, non sans vicissitudes. En 1922, le directeur par intérim de l’École obtient de l’ambassadeur Camille Barrère la jouissance (toute théorique) de ce vaste espace situé au-dessus du bureau de l’ambassadeur dont il a les exactes dimensions. La bibliothèque avait atteint à cette date la limite de ses capacités de stockage qui devaient nécessairement être repoussées pour accueillir le don Engel. L’installation est effective quinze ans plus tard, en 1937 (malgré une interruption pendant la guerre) ; des collections de périodiques sont immédiatement installées dans la salle, dans un désordre qui frappe les membres des années durant.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque compte environ 50 000 volumes et s’étend en hauteur plutôt qu’en superficie : on installe des coursives (ballatoi) là où la structure le permet : salone (dès 1947) et salles de lecture donnant sur la via dei Farnesi (1962 et suivantes).

Les années soixante sont celles d’une nouvelle extension des espaces de la bibliothèque : transformation de la galerie nord-ouest en véritable salle de bibliothèque (de cette période date la grille de fer forgée qui l’isole de l’ambassade), avec installation de rayonnages puis de ballatoi (entre 1963 et 1970) ; depuis le directorat de Jérôme Carcopino, cet espace ne servait qu’à relier entre eux les différents espaces de l’École. Ces aménagements permettent à la collection d’atteindre les 75 000 unités (soit cinq kilomètres de livres et périodiques) au début des années soixante-dix.

Fait notable, le début des années soixante coïncide aussi avec une gestion désormais rigoureusement professionnelle de la bibliothèque grâce au détachement de Noëlle de la Blanchardière (directrice de la bibliothèque de 1959 à 1992) : reprise du signalement des documents selon les normes en vigueur, thématisation des salles de lecture, croissance raisonnée de la collection, aménagement des espaces et mise en place d’indicateurs permettant de suivre avec finesse la croissance et la répartition spatiale des volumes.

Pour que la bibliothèque atteigne sa pleine expansion, trente ans sont encore pourtant nécessaires.

Entre 1967 et 1972, grâce à l’ambassadeur Burin des Roziers, la bibliothèque reprend son extension au troisième étage sous les combles (le premier pas sur ce niveau date de Mgr Duchesne), en occupant quatre salles sur la via des Farnesi (actuelles salles 9, 10, 11, 12, 13), autrefois logements des domestiques du palais.

À partir de 1964, les membres quittent peu à peu le palais Farnèse pour se loger en ville et une partie des services de l’École prend place dans l’immeuble de la place Navone (acheté en 1964, réhabilité au début des années soixante-dix), permettant au palais Farnèse l’aménagement de bureaux pour les directeurs des études et le personnel de la bibliothèque dont le nombre va croissant. Les espaces donnant sur la cour (studio et deux pièces adjacentes) ainsi que les pièces encore cloisonnées de la grande salle d’Histoire de l’Italie sont notamment dédiés à ces usages.

Le décloisonnement de la salle d’Histoire de l’Italie qui donne sur la place Farnèse intervient à l’occasion du centième anniversaire de l’École et dote la bibliothèque d’une nouvelle vaste salle de lecture ; la préciosité du plafond à caissons aux armes de Ranuccio Farnese, redécouvert à cette occasion, ne permet toutefois pas l’installation de coursives comme il a été fait dans les autres salles.

À la fin des années quatre-vingt, les deux dernières salles de la bibliothèque sont installées au troisième étage vers le Tibre : salle 14 et salle Volterra dédiées à la collection d’histoire du droit d’Edoardo Volterra. De la même époque date l’attribution à la bibliothèque de la galerie sud-est du deuxième étage (dite « galerie des boursiers ») consacrant un usage ancien puisque depuis la fin des années quarante l’École stockait là du mobilier et des ouvrages peu consultés (collection des thèses). La galerie est à son tour équipée de coursives et la grille de clôture est décalée pour permettre la jonction entre la galerie d’archéologie et la galerie des boursiers. La transformation de la galerie sud-est du troisième étage en dépôt pour la bibliothèque dans les mêmes années permet à la bibliothèque d’atteindre sa capacité de stockage maximale dans les étages du palais : environ 200 000 volumes.

Souvent oubliée dans la description des salles de bibliothèque la cantina, cave située sous l’espace séparant le cortile du jardin, abrite depuis 1996 un dépôt de livres pouvant accueillir environ 20 000 volumes : une indispensable respiration permettant de contrôler l’extension de la collection dans les étages.

Ici se termine l’expansion de la bibliothèque dans les étages du palais Farnèse… dont le résultat peut surprendre le visiteur ; tentaculaire, voire labyrinthique, la bibliothèque est une succession de salles qui répondent à des logiques de circulation et d’occupation variées, ménageant parfois de jolies surprises à ceux qui prennent le temps de bien observer.


Bibliographie et sources :

  • Archives de l’École française de Rome, et notamment dossiers relatifs aux travaux.
  • Le Palais Farnèse, I, 1 texte, Rome, 1981 ; I, 2 texte, Rome, 1981 ; 772 p. ; II, Planches, Rome, 1980.
  • Robert-Henri Bautier (dir), À l’École de toute l’Italie : pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, 2010 (Collection de l’École française de Rome, 431)
  • Michel Gras, L’École française de Rome dans le Palais Farnèse (1875-2010), dans Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2, 2010, https://doi.org/10.4000/mefrim.578
  • Michel Gras, Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au palais Farnèse, dans Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2, 2010, https://doi.org/10.4000/mefrim.579


Citer ce billet
EFR (2023, 24 février). Labyrinthique et magnifique : la bibliothèque de l’École française dans son écosystème architectural (1/2). Farnese 150. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opdg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search