Les dessous d’un chef-d’œuvre : la Galerie des Carrache au palais Farnèse de Rome

La restauration de grands chefs-d’œuvre constitue l’opportunité rare de pénétrer l’envers d’un décor. En 2012, grâce à l’excellence de la coopération franco-italienne et à la générosité du World Monuments Fund, la restauration de la galerie décorée par les frères Annibale (1560-1609) et Agostino Carracci (1557-1602) voyait le jour. Les grands experts du monde scientifique répondaient immédiatement à l’appel des ambassadeurs de France en Italie Jean-Marc de la Sablière et, à sa suite, Alain Leroy. Il s’agissait de procéder, pour la première fois de son histoire, à la restauration intégrale de la galerie : peintures murales, stucs, moulages et copies de sculptures antiques. Seuls des profils de longue expérience pouvaient affronter de telles problématiques. L’ATI* Farnese, mandatée par Paolo Pastorello et composée des entreprises Michela Cardinali du Centro Restauro Venaria Reale, Luisa Barucci, Giorgio Capriotti, Daniela Milani, Erre Consorzio, remportait l’appel d’offre pour la qualité de ses acteurs. L’articulation générale du projet comprenait la gestion des trente membres du comité scientifique, des vingt-six restaurateurs ainsi que les relations entre les différents partenaires, notamment entre le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères et la Surintendance spéciale de Rome pour le compte du Ministero dei Beni Culturali. La restauration, débutée en 2014, devait s’achever au mois de septembre 2015 ; le travail d’équipe représentait alors le véritable enjeu du projet.

Les indices techniques relevés dès la première campagne d’imagerie multispectrale, effectuée en amont par Emmebì Diagnostica Artistica, ont permis de compléter l’ample bibliographie relative au décor de la galerie. Très vite, les problématiques de conservation liées aux interventions passées s’appropriaient le quotidien du chantier. Agrafes, métalliques, vernis, repeints, fissures etc… donnaient lieu à de vifs échanges entre restaurateurs, conseillers techniques et historiens de l’art. L’ensemble des solutions appliquées reflètent aujourd’hui les fruits d’un dialogue incessant sur les différentes approches d’intervention tenu tout au long du projet. La restauration elle-même dégageait une série de données inédites donnant lieu à de nouvelles perspectives de recherche. Nous pensons par exemple au recensement des procédés d’exécution, essentiels pour l’identification du processus créatif des artistes et les questions d’attributions. Quant au nettoyage du décor pariétal en stucs, il dévoilait son ton original marmorino, sa facture délicate, ainsi qu’une multitude de graffitis et d’inscriptions anciennes témoins de l’admiration vouée à l’œuvre des frères Carracci.

Grâce aux programmes structurants en partenariat avec l’École française de Rome, l’approfondissement et la traduction des données scientifiques recueillies à l’occasion de ce chantier vont enfin voir le jour avec le projet « Carracci ConservArt : visualiser et comprendre la Galerie des Carrache à travers sa fortune critique, sa conservation et ses restaurations. XVIIe-XXIe siècle ». Pleinement inscrit dans les sciences humaines et sociales il privilégiera le dialogue entre restaurateurs, scientifiques et historiens. La constitution d’une base de données sur la réception critique de la Galerie des Carrache et la publication des découvertes scientifiques bénéficieront de cinq années de recherches et analyses. La création de ce programme de recherches recevra la pleine collaboration des restaurateurs, de la Surintendance spéciale de Rome, de l’École pratique des hautes études, de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, du Centro Conservazione e Restauro La Venaria Reale de Turin et le soutien logistique de l’Ambassade de France en Italie/Institut français Italia.

Rachel George

*Associazione Temporanea d’Impresa (Association temporaire d’entreprises)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search