Labyrinthique et magnifique : la bibliothèque de l’École française dans son écosystème architectural (2/2)

par Cécile Martini, directrice de la bibliothèque de l’École française de Rome

À la recherche des éléments anciens

L’installation progressive de la bibliothèque dans les espaces du palais Farnèse s’est accompagnée de travaux d’aménagement tenant compte des contraintes du bâtiment dont la vocation première n’était pas d’accueillir une collection documentaire de cette ampleur : contraintes structurelles, fonctionnelles mais aussi contraintes esthétiques qui donnent aujourd’hui à la bibliothèque sa physionomie si particulière. Un peu de curiosité permet de retrouver dans l’une ou l’autre des dix-sept salles de lecture les traces de cette longue histoire…

Les interventions successives dans les salles du deuxième étage ont permis de mettre en valeur voire de redécouvrir (comme ce fut le cas en salle d’Histoire de l’Italie en 1975) les plafonds à caissons datant des phases successives de construction du palais. Merveille pour les yeux des lecteurs mais forte contrainte dans les salles de lecture du troisième étage car ce sont autant de trappes de visite qu’il a fallu ménager dans les planchers desdites salles. Ici la moquette est soigneusement découpée pour permettre d’accéder au vide sous le plancher, là les tables de bibliothèque sont positionnées pour laisser des ouvertures accessibles entre les étages.

Mais ça n’est pas tout… Le subterfuge ne se voit pas au premier abord, il faut un regard attentif au ras du sol pour s’en rendre compte : en bibliothèque aucun rayonnage ou presque ne repose sur les sols ; tous sont ancrés dans les murs porteurs pour éviter de mettre en péril les précieux plafonds des étages inférieurs en leur imposant une charge trop lourde. Véritable prouesse technique, l’installation des étagères de bibliothèque ainsi fixées dans les murs explique le temps de maturation mais aussi le coût de l’aménagement de chaque pièce de l’École en salle de bibliothèque. L’exploit est d’autant plus grand que la plupart de ces rayonnages ont été assez vite doublés voire triplés, dès la fin des années quarante, par des coursives permettant de faire monter les livres quasiment jusqu’aux caissons des plafonds. Dans les salles de la via dei Farnesi les lecteurs qui aiment défier le vertige peuvent toucher du doigt les vénérables armoiries. Seule la salle d’Histoire de l’Italie n’a pas été équipée de coursives, eu égard au caractère remarquable du plafond, le plus ancien de l’étage ; ici les livres ont été, pour des raisons esthétiques, maintenus à bonne distance.

“Salone”, salle des périodiques de la bibliothèque (ph. EFR/Ch. Mantuano)

Quelques chiffres donnent le vertige. Si on prend un ratio moyen de 50 kilos par mètre linéaire de collections, qu’on projette ce chiffre sur la grande salle des périodiques (salone), ce ne sont pas moins de 30 tonnes d’ouvrages qui sont « portés » par les parois, sans compter le poids de la structure.

La question de la charge au sol est une préoccupation ancienne : les premiers baux de location des espaces à l’École (fin XIXe siècle) précisent déjà que « le locataire s’oblige à éviter de surcharger de meubles les pièces ayant un parquet de bois ». Malgré des travaux de reprise et de renforcement des sols tout au long du XXe siècle, la préoccupation demeure : comment, avec cette contrainte essentielle, gérer les mouvements de collections inhérents à toute bibliothèque vivante ? Il n’y a aucun espace de stockage possible, aucune zone tampon où pourrait imaginer empiler des cartons de livres. Tout au plus s’autorise-t-on à aligner quelques mètres linéaires de documents sur les tables de la galerie du troisième étage, dont le sol est réputé « solide » en raison de la voûte qui se trouve en dessous ; très convoités aussi, les espaces au sol le long des murs des galeries, ainsi que les quelques espaces renforcés de fers lors de travaux récents au troisième étage.

Le choix du mobilier relève du même défi de la légèreté : prenez les tables de lecture en bois : elles ne pèsent rien !

Sur cette question de poids la tradition fait merveille : l’expérience des agents appuyée sur une carrière longue dans les locaux, souvent nourrie du vécu de leurs prédécesseurs, est une source extrêmement fiable pour savoir ce qui peut se faire et ce qui ne se peut pas.

La bibliothèque n’est que la dernière strate de quatre cents ans d’occupation constante des lieux… et nous cohabitons au quotidien avec les traces des usages anciens comme l’illustrent ces quelques exemples.

Linteau, salle 11 de la bibliothèque

Si les plafonds à caisson sont emblématiques de l’occupation des Farnèse, nous gardons de cette première époque de la vie du palais les linteaux gravés au nom de Ranuccio Farnese : ils ornent chacune des portes des greniers du troisième étage aujourd’hui convertis en salles de lecture et la signalétique de la bibliothèque s’y est adaptée sans la masquer ; étonnamment on retrouve ce même linteau gravé à mi-hauteur de l’actuelle salle 11, témoignant sans doute des évolutions successives du projet architectural du palais (projet initial de cage d’escalier?). Dissimulé derrière une étagère de bibliothèque, il ne réapparaît fortuitement que lors des déménagements de collections.

Les circulations dans les espaces font sans doute partie des éléments qui ont le plus évolué au fil du temps, mais des usages anciens conditionnent encore nos déplacements dans la bibliothèque.

Accès au troisième étage de la bibliothèque et linteau gravé au nom de Ranuccio Farnese

Ainsi, l’escalier emprunté aujourd’hui par les lecteurs de la bibliothèque est un ancien escalier de service ; l’usure et l’irrégularité des marches témoignent des siècles d’usage continu même si un ascenseur aménagé dans le puits de lumière attenant permet désormais aux usagers de contourner la difficulté que peuvent représenter 125 marches à gravir pour atteindre la bibliothèque…  Hauteur dont faisait amèrement le constat un bibliothécaire du XVIIIe siècle qui, logé au troisième étage, se plaignait déjà de la hauteur du palais : 175 marches à gravir depuis la place !

Plus mystérieuse, une porte de bois dans un bureau dissimule aujourd’hui un escalier en colimaçon descendant à un petit appartement à l’entresol : il s’agit très probablement de l’escalier qui reliait au XVIe siècle en toute discrétion la libreria de Fulvio Orsini et le cabinet de travail privé du cardinal Farnèse situé en mezzanino entre l’étage noble et le deuxième étage.

On ne compte plus les portes et passages condamnés au fil des aménagements des salles de lecture et de la recherche de la cohérence entre les espaces ; le couloir qui dessert les actuels bureaux de la bibliothèque côté angle via dei Farnesi en est sans doute l’exemple le plus parlant : à cet endroit les étagères de livres sont installées dans le renfoncement d’une très ancienne porte donnant sur le sas d’accueil, tandis qu’une paroi récente occulte une porte ménagée dans les murs du XVIe siècle entre le bureau des bibliothécaires et la salle d’Histoire de l’Italie.

Tout aussi intrigantes, les cheminées anciennes rythment encore les espaces de la bibliothèque au deuxième comme au troisième étage. Souvent occultées par des rayonnages, elles sont connues par les plans mais nous en avons perdu la mémoire visuelle ; elles nous surprennent toujours lorsqu’elles ressurgissent au gré des chantiers sur les collections, comme celle de la salle 14, revenue à la lumière pour quelques semaines en 2022.

Lors des travaux d’aménagement, c’est la praticité et la préservation du patrimoine architectural qui ont prévalu : les éléments anciens sont demeurés intacts, ils ont simplement été masqués par l’usage actuel. Ce sont les opérations de restauration des toitures qui, obligeant à des mouvements de collections, ont fait ressurgir ces vestiges de la vie quotidienne du palais aux siècles précédents. Sur ces espaces situés le long de la via dei Farnesi la documentation est assez abondante et les sources indiquent qu’aux XVIIIe et XIXe siècles les greniers étaient aménagés en logements pour les employés du palais et leur parentèle (chapelains, intendants mais aussi artistes et bibliothécaires). Les espaces étaient donc fractionnés et cloisonnés, chaque famille ayant accès à un feu, soit grâce à une cheminée (côté rue) prévue dès la construction du palais soit par l’aménagement de fourneaux dans les petites soupentes (nos actuels sgabuzzini) donnant sur le cortile.

Potager au troisième étage de la bibliothèque

C’est ainsi qu’en salle 13, sur la paroi de séparation avec la salle 14, on peut admirer, en faisant coulisser un rayonnage, un ancien potager, fourneau entièrement équipé pour la cuisine sans doute dès le XVIIIe voire le XVIIe siècle.

La même logique se retrouve au deuxième étage : quelque part dans la salle d’Histoire de l’Italie se cache une cheminée que rien ne la laisse deviner si ce n’est la nécessaire attention portée par les bibliothécaires à l’usage des rayonnages qui la masquent (un livre est vite tombé dans le vide de la paroi derrière l’étagère !)

Ce panorama des traces du passé ne pourrait se conclure sans l’évocation des fermes de charpentes et de leurs tirants métalliques, élément sans doute le plus visible et le plus intégré dans nos esprits de l’architecture originelle du palais dans les salles du troisième étage. Et pourtant… que de contraintes pour une bibliothèque ! Contrainte dans le rangement des ouvrages (un ancrage de ferme c’est au moins une hauteur de rayonnage perdue), contrainte dans l’installation des tables de lecture (sous une ferme dont la hauteur au sol est inférieure à 1m70 le risque d’accident est réel), contrainte dans l’aménagement des luminaires…

Fruit d’une installation longue, méthodique et raisonnée, la bibliothèque de l’École française est aujourd’hui indissociable du lieu où elle déploie ses dix-sept salles de lecture. Vantée dès sa création pour sa beauté, sa richesse et l’émulation intellectuelle qu’elle suscite auprès des chercheurs qui la fréquentent, elle a su se fondre dans la majesté des espaces qui lui étaient peu à peu concédés, sans jamais en altérer le caractère originel. Tout y a été pensé pour préserver la beauté des lieux, du dessin des coursives par Balthus au choix de la couleur des reliures qui captent la lumière, en passant par le mobilier choisi pour avoir l’impact le plus léger possible sur les structures. Nul besoin, enfin, d’être bibliothécaire pour retrouver dans l’une ou l’autre salle les traces anciennes de la vie au palais Farnèse, il suffit de se laisser porter par la magie du lieu.

Nos remerciements vont à Laurent Delfour, chef du Service des Bâtiments et Travaux en Italie, et à Giulia Gabellini, architecte du patrimoine, pour leur écoute et leur disponibilité.

Ce billet fait suite à Labyrinthique et magnifique : la bibliothèque de l’École française dans son écosystème architectural (1/2).



Citer ce billet
EFR (2023, 28 avril). Labyrinthique et magnifique : la bibliothèque de l’École française dans son écosystème architectural (2/2). Farnese 150. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opdi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search